Soutenir les efforts de l'ICCN est un devoir moral

Conserver et Protéger la nature est également un devoir moral dont devrait s'acquitter chaque citoyen.
Et cela passe aussi par toi.

Dr Past. Cosma Wilungula, DG de l'Institut Congolais pour la Conservation de la Nature

Dr Past. Cosma WILUNGULA

Directeur général de l'Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN)

Son Eminence Antoine-Félix Tshisekedi, Président de la République

S.E. Monsieur Antoine-Félix TSHISEKEDI

Le président de la République lors de son allocution télévisée du 18 mars 2020



UNE PEAU D'OKAPI SAISIE AU TERRITOIRE DE LOMELA

Le lundi 31 août 2020, vers 20 heures, l'administrateur du territoire de Lomela, dans la province du Sankuru, a remis aux FARDC une peau d'okapi saisie par son administration. Cet animal a vraissembleblement été tué depuis un certain temps. Les circonstances de son abattage sont encore à déterminer, car une enquête a été diligentée par les autorités compétentes. Le Ministre de l'environnement, dans un communiqué du 2 septembre, s'est indigné par ce constat d'abattage d'un animal complètement protégé par la loi. Il a félicité les autorités du territoire de Lomela, à la personne de son administrateur. Il a également appelé la population de Lomela en particulier et celle du pays en général de prêter main forte à l'ICCN pour assurer la conservation des okapis et de toutes les espèces menacées de disparition pour cause de braconnage, de commerce illégal et même du changement climatique. Son Excellence Me Claude NYAMUGABO BAZIBUHE a rappelé les dispositions légales protégeant cette espèce et les lourdes sanctions prévues en cas d'infraction.

OFFRE D'EMPLOI DE GARDES AU PARC DES VIRUNGA

La direction de l'Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) au Parc National des Virunga (PNVi) porte à la connaissance du public qu'elle organise des tests d'admission pour une formation des gardes parc. La date limite du dépôt des candidatures est fixée :

  • au 18 septembre 2020, à 12 heures pour les candidats de MASISI-Centre et de SAKE
  • au 25 septembre 2020, à 12 heures pour les candidats de RUTSHURU
  • au 30 septembre 2020, à 12 heures pour les candidats de BENI
  • au 30 septembre 2020, à 12 heures pour les candidats de LUBERO
  • au 14 octobre 2020, à 12 heures pour les candidats de GOMA

Accéder à la page de l'offre


COMMUNIQUÉ DE LA DIRECTION PROVINCIALE DU NORD-KIVU


L'Institut Congolais pour la Conservation de la Nature constate avec regret des ventes illégales de terrains à l'intérieur du Parc National des Virunga au niveau du quartier MUGUNGA en ville de Goma et à MUBAMBIRO, à SHOVE ainsi qu'à NZULO dans le groupement de KAMURONZA, Territoire de Masisi.

Les auteurs de ces forfaits affirment faussement que la justice congolaise leur a cédé des portions des terres dans le parc alors que la loi en vigueur interdit toutes ces pratiques

L'ICCN rappelle que le Parc National des Virunga reste une aire protégée dont l'intégrité est sauvegardée au titre de la loi n° 014/03 du 11 février 2014 relative à la conservation de la nature.

L'ICCN invite par ailleurs la population à la plus grande vigilance face à ces manoeuvres qui abusent de la confiance des honnêtes citoyens, et met en garde les auteurs de ces activités illégales qui les exposent à des poursuites judiciaires.

La Direction du parc privilégie les voies pacifiques et légales pour la résolution de cette tentative d'envahissement dans les meilleurs délais.


Vue du parc des Virunga depuis les sommets du Ruwenzori

Vue du Parc National des Virunga




COMMUNIQUÉ DE PRESSE


Sur invitation du Secrétariat général de la CEEAC, il s’est tenu par visioconférence, les 15 et 16 juillet 2020, la réunion des Experts en prélude à la réunion conjointe des Ministres en charge des Forêts, de l’Environnement et de la Planification des Etats membres de la CEEAC sur la concertation pour l’affectation d’une partie des allocations concessionnelles du FAD-15 et des autres guichets au financement de la 2ème phase du Programme d’Appui à la Conservation des Écosystèmes du Bassin du Congo (PACEBCo-2). Cette réunion a été organisée en collaboration avec le Ministère en charge des Forêts de la République Gabonaise et la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC).

L’objectif principal de la réunion était de statuer sur les modalités d’affectation d’une partie des allocations concessionnelles du Fonds Africain de Développement quinzième cycle (FAD-15) et des autres guichets des Etats membres de la CEEAC au financement du PACEBCo-2. Plus spécifiquement, il a été question de :

  • Présenter les investissements réalisés dans la sous-région et dans chaque pays bénéficiaire dans le cadre de la 1ère phase du PACEBCo et de l’importance de la valorisation des acquis de ce programme ;
  • Présenter les informations clés de la 2ème phase du PACEBCo ;
  • Montrer les avantages de l’accompagnement des Etats par la CEEAC et la COMIFAC dans la mise en œuvre des initiatives de conservation et de gestion durable des écosystèmes en général et dans la capitalisation des acquis du PACEBCo en particulier ;
  • Echanger sur le mécanisme de financement du PACEBCo-2 et sur les montants à prélever sur les allocations concessionnelles du FAD-15 et des autres guichets des pays bénéficiaires.

Les experts des Etats membres de la CEEAC suivants ont participé aux travaux techniques : Angola, Cameroun, Centrafrique, Congo, RDC, Guinée Equatoriale, Gabon et Rwanda.

Y ont également pris part, les Experts du Secrétariat général de la CEEAC, de la COMIFAC et de la BAD.

Les travaux ont été structurés autour de trois sessions : la cérémonie d’ouverture, les présentations et échanges, et la cérémonie de clôture.


Dr Pasteur Cosma WILUNGULA, Dg


Le communiqué final peut être téléchargé en cliquant ici Logo de téléchargement pdf

Le rapport des travaux des experts peut-être téléchargé ici



Communication importante de l'organe de gestion CITES


Une modification a été opérée à la convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction, à la demande de la République Démocratique du Congo.

En effet, à dater du 1er juin 2020 les parties de la CITES sont priées à ne pas accepter les permis et certificats délivrés après cette date en provenant de la RDC ne contenant pas de QR CODE. Ce dernier est imprimé à l'extrême droite du timbre de sécurité situé à la case 13 de chaque permis et certificat.

Les Parties qui désirent vérifier rapidement l’authenticité et la validité des permis et certificats délivrés par l’ICCN, organe de gestion CITES de la République démocratique du Congo à partir de cette date, peuvent se rendre sur le site web de ce dernier : https://www.citesrdc.org et cliquer sur « PERMIT VERIFY », ensuite entrer le numéro du permis ou certificat CITES.

Vous pouvez télécharger la notification officielle de cette modification avec ce bouton .

Le Directeur-Coordinateur de l'Organe de Gestion CITES est joignable :

  • dans les locaux de l'ICCN, à Kishasa Gombe.
  • coordination@citesrdc.org
  • secretariat@citesrdc.org
  • +243 812 633 770




La mesure de la fermeture de nos parcs a été levée


Après la décision de la levée des mesures sanitaires par Son Excellence Monsieur Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, sur l’épidémie du Coronavirus COVID-19, le DG, M. Cosma Wilungula, a donné les instructions à tous les gestionnaires des aires protégées afin de rouvrir leurs portes aux visiteurs. Les mesures de distanciation restent toujours de rigueur, car l'épidémie n'a pas complètement disparu.

Le nombre de visiteurs est limité à 20 maximum pour le moment. Nous avons réalisé des tests aléatoires et aucun cas n'a été constaté.



L'hommage des artistes aux éco-gardes


Hommage aux éco-gardes de l'ICCN - Par Arnold Makumba, avril 2020

Oeuvre de l'artiste congolais Arnold MAKUMBA

L'artiste dessinateur Arnold Makumba nous a fait un hommage particulier. A travers ce beau dessin montrant André Bauma avec Ndeze, il honore tous les éco-gardes du pays pour leur sacrifice et leur abnégation dans la protection de nos espèces.

Visite de la société civile au village de Muyange

Le Directeur et chef de site du Parc National de Kahuzi-Biega (PNKB) s'était rendu dans le village Muyange, accompagné par une forte délégation composée d'une équipe de la société civile environnementale,de quelques membres de l'équipe de riposte pour la sensibilisation des peuples pygmées et de son chargé de communication, pour sensibiliser sur la covid19. En effet, Muyange est un village du territoire de Kabare, dans le Sud-Kivu, est très proche du PNKB. C'est aussi une localité des autochtones pygmées qui a été dirigé par le Seigneur de Guerre Jean-Marie Kasula. Ce dernier a occasionné plusieurs exactions en détruisant le parc. Il était aussi celui qui a organisé l'attaque des écogardes au bilan lourd. Treize Rangers ont été blessés, dont certains gravement, septembre en juillet 2019.

Apres l'arrestation du seigneur de guerre en janvier 2020, les relations entre le PNKB et le peuple pygmée de Muyange s'était détériorées. En effet, de l'aveu des paysans, certaines organisations non gouvernementales les influençaient et les poussaient à combattre l'ICCN et le PNKB au nom de la défense de "leurs terres". Depuis lors, le Directeur De-Dieu BY'AOMBE a entamé des pourparlers avec cette population. Aujourd'hui l'ennemi d'hier est devenu ami et allié d'aujourd'hui. La délégation a été accueilli, ce jeudi 18 juin 2020, comme des amis et partenaires solides par les pygmées de Muyange.

C'est la conservation de la nature qui Gagne !

En savoir plus...

LES AIRES PROTEGÉES

Ce sont des espaces géographiques clairement définis, reconnus, consacrés et gérés par tout moyen efficace, juridique ou autre, afin d’assurer à long terme la conservation de la nature ainsi que les services des écosystèmes et les valeurs culturelles qui leur sont associées ;

Eléphant de Ishasha

Un parc national est une catégorie d'aires protégées consistant en une vaste aire naturelle ou quasi naturelle mise en réserve pour protéger des processus écologiques de grande échelle, ainsi que les espèces et les caractéristiques des écosystèmes de la région, qui fournissent aussi une base pour des opportunités de visites de nature spirituelle, scientifique, éducative et récréative, dans le respect de l’environnement et de la culture des communautés locales

Une réserve gérée par l'ICCN

Une réserve naturelle intégrale est une catégorie d'aires protégées qui sont mises en réserve pour protéger la diversité biologique et aussi, éventuellement, des caractéristiques géologiques et/ou géomorphologiques, où les visites, l’utilisation et les impacts humains sont strictement contrôlés et limités pour garantir la protection des valeurs de conservation

Jardin botanique de Kisantu

Un jardin est un territoire aménagé par une institution publique, privée ou associative et qui a pour but de rassembler des collections documentées de végétaux vivants à des fins de conservation, de recherche scientifique, d'exposition, de tourisme ou d'enseignement

Vue du domaine de chase de Bombo-Lumene

Un domaine de chasse est une catégorie d’aires protégées où les activités de chasse sont autorisées mais réglementées

Forêt des palétuviers

Une réserve forestière est une forêt ou partie de la forêt classée conformément à la législation en vigueur dans le but de sauvegarder des faciès caractéristiques ou remarquables des peuplements d’essences indigènes et d’y assurer l’intégrité du sol et du milieu

Zoo de Lubumbashi

Un jardin zoologique est un espace où sont entretenus et élevés en captivité des animaux d'espèces sauvages ou d'espèces domestiques exotiques à des fins de conservation, de recherche scientifique, d'exposition, de tourisme ou d'enseignement

Photo site de Lofoï

Un monument naturel est une catégorie d'aires protégées qui sont mises en défens pour protéger un vestige naturel spécifique, qui peut être un élément topographique, une montagne ou une caverne sous-marine, une caractéristique géologique telle qu’une grotte ou même un élément vivant comme un îlot boisé ancien

réserve de chasse

Une réserve naturelle est une catégorie d'aires protégées qui sont mises en réserve pour protéger la diversité biologique et aussi, éventuellement, des caractéristiques géologiques et/ou géomorphologiques, où les visites, l’utilisation et les impacts humains sont strictement contrôlés et limités pour garantir la protection des valeurs de conservation

Pourquoi doit-on soutenir les actions de l'ICCN ?


Conservation et Protection du patrimoine naturel

ICCN est en charge de la conservation et préservation de l’exceptionnel patrimoine naturel de la RD Congo.

Plus de 4000 Gardes Parcs deployés

ICCN a plus de 4 000 Gardes parcs déployés sur 13% d'un territoire large de 2 345 000 Km², ces gardes qui perdent leur vie tous les jours ont besoin d’être soutenu moralement et financièrement.

Partenariat important

91% des revenus de ICCN proviennent des partenaires, donc VOUS.

Action participative

Tout le monde, y compris les différentes couches sociales, devrait s'impliquer dans cette perspective afin de faciliter la tâche à l'ICCN.

Une réserve naturelle n’est ni un zoo, ni un parc animalier, ni un jardin, ni une zone agricole. C’est un espace naturel, où l’Homme est parfois présent depuis longtemps, protégé pour sa faune et sa flore rares, ses milieux naturels sensibles, une géologie, des gisements, des fossiles ou un sous-sol très particuliers, qui sont menacés de disparition ou de dégradation par des activités humaines.
Une réglementation spécifique est mise en place sur chaque réserve pour assurer la conservation de toutes ses richesses. Il ne s’agit pas de tout interdire, mais de donner quelques règles et précautions pour préserver la nature qui nous entoure.